mercredi 29 octobre 2014

Toc, toc, toc ?

Blog Blog

Il y a quelqu'un ? Ce blog est devenu ce vieux pote d'enfance à qui tu es censée donner régulièrement des nouvelles, mais ta vie est tellement ailleurs que tu fais l'autruche, tu procrastines et plus le temps passe : plus tu culpabilises... Et moins tu reviens vers lui, par peur des reproches ou du ton faux.

Depuis mon arrivée en Inde, ma vie perso a pris un sacré coup dans la gueule et j'ai effectivement pas mal morflé. Le blog est vraiment passé au second plan, j'avais besoin de temps pour digérer ce que je vivais en Inde et éprouver mon deuil loin de tout ça.
J'ai même abandonné Instagram pendant plus d'un mois, ça ne m'était jamais arrivé !

J'aimerais tant vous réciter un discours positif, vous raconter à quel point "je vois désormais la vie en rose, YOLO !". Mais non, la mort c'est moche et le deuil c'est difficile. En revanche, la vie est belle, oui. Pas plus belle. Pas moins belle. Complètement différente surtout.
En bonne fan de Harry Potter, j'ai l'impression de faire partie de ces personnes capables de voir les Sombrals. On s'en remet de tout ça, bien sûr, et c'est pour ça que je voulais écrire sur ce sujet car je ne suis pas seule et je suis persuadée que certain-e-s d'entre vous seront intéressés par ce témoignage.

Je ne suis pas allée voir de psy car je n'en avais pas la force.
L'envie était immense, mais l'idée de me lever le matin pour faire autre chose que de me traîner au bureau et mimer une vie sociale me fatiguait déjà d'avance. Je me suis donc enfermée dans un mutisme morbide puis quasiment spirituel. C'est à dire que j'étais tellement stupéfaite de la douleur que je ressentais que je pouvais rester des heures entières allongée sur mon lit en fixant le plafond, transie par la souffrance.
Moi qui n'avait connu que la douleur physique dans ma vie, la douleur psychique était incroyable et fascinante. Comment était-ce possible d'avoir aussi mal sans que cela se voit ? Pour moi être malade, c'était visible, c'était avoir le nez qui coule, sentir des ganglions dans la gorge ou avoir le pied plâtré. Je me demandais si c'était les anti-dépresseurs qui plâtraient l'âme souffrante ?
Je me perdais dans des divagations complètement dingues et ma souffrance me faisait peur car je n'arrivais pas à la dompter. Les crises de larmes se succédaient au silence et à la paranoïa. Car pendant le deuil on ne rêve que d'une chose : que tout le monde nous foute la paix, mais que tout le monde nous entoure de ses bras réconfortants.

Perdre l'être aimé, c'est aussi devoir se défaire petit à petit du sentiment amoureux. La rupture amoureuse se mêle au deuil et vice versa, on ne sait plus trop où on en est mais une chose est sûre : il est très étrange d'être amoureuse d'un mort. C'est de cet état morbide, à écouter en boucle des messages vocaux restés en mémoire sur Whatsapp, que je suis passée à la seconde étape : l'état spirituel.

Là où la souffrance fait place à la réflexion. Tiens, alors c'est ça l'Amour inconditionnel ? La Foi, les croyants ? Aimer quelqu'un qui n'existe pas ou plus, une entité, Aimer l'Amour ou un concept, Aimer des livres, des écrits et des souvenirs ?
J'ai remis en question ce que je pensais savoir de la religion et pas mal de choses se sont imbriquées dans mon esprit comme dans un Tetris. Plein de choses commençaient à faire sens et pendant quelques temps, mon Dieu n'était nul autre que Matt.

Cette période coïncide avec la douloureuse mais indispensable étape des funérailles. J'ai passé 3 jours et demi à Perth dans la ville natale de Matt, entourée de sa famille et de ses amis pour lui dire au revoir une dernière fois. De chaudes larmes, des mains serrées et tremblantes, la gorge qui se noue pendant le discours et la fierté de ne pas avoir versé une larme pendant la prière, sourire, rire même. Faire la fête jusqu'au petit matin en son honneur.
Se revéiller en se disant "ça y est, le cauchemar est terminé".

Mais l'Amour restera toujours. Nous avons cherché Matt sans relâche pendant 6 mois. 6 mois d'attente comparable à une sale plaie purulente qui n'a de cesse de se rouvrir et qui refuse de guérir. Les funérailles furent la désinfection finale et les points de suture, ça fait mal, ça pique, ça brûle, puis on contemple fièrement sa jolie plaie nettoyée.
Il m'a fallu plusieurs mois pour guérir et cicatriser complètement. C'était difficile, car c'est comme si la plaie avait touché des nerfs : parfois je ne ressentais plus rien. Je me suis retrouvée plusieurs semaines dans une sorte de coma émotionnel : ni peur, ni haine, ni tristesse, ni joie, ni hâte, ni envie... Juste de la lassitude et un immense poids qui ne voulaient pas partir.

Et puis soudain, le soir de mon anniversaire nous avons tous fait la fête et je me suis sentie entourée. Au fur et à mesure de la soirée, je suis sortie d'un long sommeil et je suis revenue à la vie. Oh, ce n'était pas radical ! Mais petit à petit, je me suis mise à avoir des fous rires. A raconter des blagues. A me lever tôt. A transformer ma souffrance en quelque chose d'utile : je me suis remise à faire du sport.

Quitte à souffrir, autant être acteur de la souffrance et éviter au maximum la passivité. Depuis que j'ai repris la course à pied avec un but fixé (le semi marathon de Chennai le 7 décembre), j'ai mal et je souffre mais la douleur mentale a fait place à la douleur physique réconfortante : je suis vivante et je le ressens.

A toutes celles et tous ceux qui vivent en ce moment le deuil, je n'ai aucun conseil à prodiguer car chaque cas est unique. En revanche je m'adresse à leurs proches : soutenez-les, coûte que coûte. Ne les accablez pas. Ne leur sortez pas des "ça ira mieux". On le sait, que ça ira mieux.
Mais au moment T ça ne va pas du tout. Si vous ne savez pas quoi dire, ne dites rien. Si vous ne savez pas quoi faire, ne faites rien.
Mais bon Dieu, soyez-là. Sans vous, sans votre présence (que vous croyez inutile mais ô combien nécessaire) on ne s'en sortira jamais.

Merci aux personnes qui m'ont aidée et merci à vous d'être toujours présents sur ce blog.
J'ai lu chacun de vos commentaires, relu tous vos e-mails et vous êtes sacrément géniaux. Merci.

PS : je suis de retour !

76 commentaires:

Tamara a dit…

Marion, tu écris si bien. Je devine les étapes qui t'ont construite, ces derniers mois, et je sens que tu en feras quelque chose, et c'est bien là le principal.

Merci encore pour ce que cette histoire m'a apporté, ce que Matt (que je ne connais pourtant pas) et l'amour de ses proches m'ont enseigné.

Je me sens libre et forte, grâce à vous, grâce à lui. Quel bel héritage il a légué !

Brigitte Loves you a dit…

J'ai ressenti tellement d'émotions après avoir lu ton article, que je suis incapable de les identifier.
Je lis ton blog depuis ton séjour en Suède, et c'est toujours un plaisir de venir ici, qu'il y ai des mises à jour régulières ou non. J'ai presque envie de dire que j'aime l'humanité que tu fais transparaître dans ce blog!

MarionHnd a dit…

C'est beau et courageux de dédier un post à mettre des mots sur ce deuil, ce manque. Faire de sa souffrance une force n'est pas chose facile mais revenir à une sorte de "vie" réelle fait un bien fou. Personne ne perçoit le deuil et la souffrance de la même façon que son voisin. L'étape est douloureuse, terrible mais sentir ses proches à ses côtés amène une réelle fraîcheur à un esprit torturé par la tristesse et quasiment éteint.

Ceux que nous avons pleurés vivent en nous, à travers nos rires et nos sourires. Surpasser le deuil c'est peut être en ressortir plus vivant soi même, croquer la vie comme on ne l'a jamais fait et profiter de ses proches.

Ce post est émouvant et déborde de maturité. Les lecteurs de ton blog t'ont attendu et sont aujourd'hui là pour te suivre à nouveau.

A très vite Marion .

Une autre Marion ( http://brevesaufeminin.blogspot.com )

Kathleen a dit…

Je ne commente pas souvent sur les blogs et je crois bien que c'est la 1ère fois que j'écris ici. Mais j'ai vraiment été touchée par ton article, par toutes ces étapes que tu écrits de manière si vrai !!!
Je ne te connais pas autrement que par ton blog et je ne connaissais pas Matt mais j'ai vécu sa disparition et sa mort aussi tristement que si Ca avait été un proche. Je pensais souvent à toi, me demandant comment tu gérais tout ça sans m'autoriser pour autant de t'écrire, ayant l'impression de trop m'immiscer dans ton intimité. Bref.
Je pense souvent à toi. Merci pour ton partage. Tu es une belle personne ! Et je te souhaite du courage et d'être chaque jour encore plus entourée de tout tes proches et qu'ils te noient de leur Amour.
Affectueusement.
Kathleen

bergeou a dit…

Je te souhaite un bon retour ici et que la vie soit plus douce avec toi.

Anonyme a dit…

Merveilleusement bien écrit. Merci pour ce post, pour ce blog, pour tout ce qu'ils portent d'humanité, de finesse et de sensibilité.

Princesse Pia a dit…

Waouu il faut un sacré courage pour publier un article si personnel sur le blog. Tu te livres ouvertement, certainement une façon de tourner la page aussi.
On le dit souvent, mais le temps efface les blessures. Même si elles sont toujours là, elles s'attenuent. Je n'ai pas connu de deuil aussi intense que le tien, mais d'autres et j'essaie desormais d'en garder des souvenirs positifs.
Continue ton chemin, tu es en super bonne voie :)

EliseE a dit…

Sublime article. Je trouve ça très fort et très émouvant que tu te confie comme sur le chemin du deuil qui est très long et éprouvant.

Ton article m'a beaucoup touchée.

Je te souhaite que tu courage et de continuer comme ça. Et un bon retour sur le blog alors!

Plein de bisous jolie marion

Caetera a dit…

Tu as vraiment une plume superber Marion. De quoi mettre la larme à l’œil aux cœurs de pierre...
Tu me laisses un peu sans voix. Après tant d'années à suivre ton blog, on te voit un peu comme une copine lointaine. Et étrangement, on culpabilise un peu de ne pas avoir été là pour toi...
Je suis contente de voir que tu as réussi à sortir la tête de l'eau là où d'autres se seraient certainement laisser sombrer. Le nouveau regard que tu portes sur la vie te sera extrêmement utile dans les étapes à venir. Je te souhaite plein de bonheur.

xx

Emilie Mechet a dit…

Je comprend ton absence et ton hésitation. Mais ENFIN!!!! Je suis vorace de tes posts. Je te suis sur Instagram et Tweeter et je sais donc que ton absence ne durerait pas. Mais bordel comme ta plume m'a manqué. Car 140 caractères ce n'est vraiment pas suffisant pour la boulimique de mots que je suis. On aurait pu se connaître "en vrai" vu que nous avons fréquenter la malgrange toutes les deux... mais je suis un peu plus agées que toi donc les lois sociales du lycée me l'interdisait! Mais je suis admirative de ton parcours. Quelle vie! C'est bête mais je me ressent même une certaine fierté! Comme quoi la Lorraine ne produit pas que des cas sociaux!!!! Tout ceci pour dire que je suis ravie de ton retour!

Anne Chanteloup a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Noune a dit…

C'est tellement beau et vrai ce que tu dis Marion...

Je ne sais pas comment tu fais pour réussir à mettre ces mots sur tes maux, mais ça me touche vraiment profondément. Je me suis reconnue dans chacun de tes mots, et je réalise des choses, qu'en l'espace de quatre ans de deuil de mon petit-ami, je n'avais pas encore réellement réalisé. Malheureusement ce genre d’événement laisse une marque au fer rouge, il y a toujours des moments plus difficiles que d'autres, sans qu'on ne sache pourquoi. Il y aura toujours des journées maussades à se demander "pourquoi", mais c'est vrai qu'une fois qu'on a passé toutes ces étapes que tu décris, on va déjà mieux et on prêts à aller de l'avant. C'est un paradoxe, on sera toujours affaiblis par cette tristesse mais également endurcis par ces choses que la vie nous impose parfois.. Je te souhaite le meilleur Marion, que tu puisses aller de l'avant et que tu arrives à donner à ta vie, ce sens essentiel et nouveau que tu nous décris !

Bises

Angela a dit…

Marion, je te suis depuis longtemps. Très longtemps même, et je t'ai toujours tellement admiré. Tu es le genre de personne avec qui j'ai toujours voulu être amie, on aurait tellement de choses à se raconter :)
Je te l'ai dit une ou deux fois ici déjà, mais tu es incroyablement forte, et ton texte m'en met plein les yeux. J'avais suivi toute l'histoire, vos recherches, et déjà en apprenant sa mort je m'etais sentie bizarre, et je me prenais un peu dans la face tout le désespoir et la sensation de vide que tu as du sentir.
Tu es fantastique. Bravo pour cette lente mais belle remise sur pieds.
Je t'embrasse de tout mon coeur <3

Nelly a dit…

Ces deux derniers articles m'ont touchée, émue, même plus. Je n'ai alors pas osé commenter, je ne sais pas pourquoi. Peut être parce que tu as livré des sentiments si profonds et personnels. Mais même sans se connaitre, j'ai ressenti quelque chose que je n'ai jamais ressenti en lisant quelqu'un. Et j'ai sincèrement éprouvé de la peine.

Tu as une sacré plume et cela rend le message encore plus beau.
J'admire ta force, ton courage et ton amour aussi.

Saches que de loin, beaucoup de personnes te soutiennent.

Courage

L a dit…

J'avais hâte de t'entendre (te lire) à nouveau…Je suis tellement contente de voir que tu nous as réécris :) Merci pour cette réflexion sur tes sentiments. Ce n'est peut-être pas facile pour toi, mais nous on aime te lire, même (surtout?) si ça ne parle pas de mode. Ca parle de la vie, de ce qu'on ressent, et ça nous apporte beaucoup. finalement on se sent moins seul dans nos moments difficiles car tu as posé des mots très justes dessus!

Je reviens quasiment tous les jours sur ton blog pour voir la blogroll, et je craignais de ne plus voir tes propres posts, je suis donc très heureuse de voir que tu es revenue et en plus pour nous parler de comment tu vas… C'est comme avoir les nouvelles d'une amie finalement !
A chaque fois, je suis touchée quand je vois un instagram de toi, car je me sens proche de toi et je me dis "ouf elle sourit, elle va un peu mieux"!

Je pense bien à toi et te souhaite de te trouver dans cet océan de sentiments difficiles et parfois contradictoires! Et trois "proverbes" qui me tiennent dans les moments difficiles : Ce qui ne tue pas, te rend plus forte, et il y a toujours une lumière au bout du tunnel. et mon état d'esprit optimiste me dit "tout arrive pour une raison"… Même si c'est évidemment impossible à concevoir dans des moments de douleur, je te souhaite que cette période t'apprenne des choses sur la vie et surtout sur toi-même, un réservoir de force qui ne te rendra que plus forte…

Avec tous mes encouragements et mon amitié,

L.

Amélie a dit…

je n'écris jamais sur les blogs mais là tu m'as donné des frissons et je voulais te féliciter pour ce magnifique post ! je me suis complètement retrouvée dans ta pensée ayant moi même perdu un être cher .
Je te souhaite d'aller de l'avant et de garder cette force que les moments difficiles peuvent nous apporter ...
Matt serait fier de toi , de ta force, de ton renouveau c'est sur !!

Anonyme a dit…

<3

Mary a dit…

Cela fait des années que je te suis, c'est fou de te voir évoluer comme ça, à travers un blog.
Tu écris merveilleusement bien, j'aime ta philosophie, tes réflexions. Tu me fais réfléchir et voir le monde différemment. Merci de continuer à tenir ce blog.

Je ne peux pas te réconforter, mais vis ta vie, profites, sois heureuse, c'est tout ce qui compte. On passera tous un jour ou l'autre par le deuil, c'est inévitable, mais il ne faut pas oublier de vivre.

Courages

Lau a dit…

Merci pour ce post, Marion. Pour ton témoignage, pour la force que tu partages, pour l'espoir que tu donnes, et pour tes mots.

Vikie a dit…

^^je ne te félicite pas, me voici en train de verser des larmes devant mon écran. Pas de nouvelles, de l'inquiétude de ma part, mais n'ayant pas instagram, je ne pouvais me renseigner si ça allait (à peu près hein, je suis pas bête non plus ^^ je sais ô combien c'est difficile de perdre un être cher).... Me voilà un peu rassurée. Tu a su transformer tout ça en force, et c'est le principal.
Alors quoi qu'il se passe, même si tu ne viens pas régulièrement, peu importe tant que tes lectrices savent que tu avance quoique la vie te mette sur ton chemin.
Bon retour parmi nous ma belle ^^

Little Nantaise a dit…

Des ♡♡♡ ne suffiront pas mais c'est tellement beau ce que tu écris. J'ai perdu un oncle cet été, j'ai pleuré lorsque je l'ai appris mais depuis rien, le vide c'est comme s'il était toujours vivant.
Il faut dire que 10 000 kms nous séparent, du coup je ressentais moins son "absence" . Jusqu'au début de mois où je suis retournée chez mes parents et que j'ai visionnée le dvd de la cérémonie des obsèques (ça peut paraître bizarre, mais ça se fait beaucoup dans mon pays..). Et là, le choc, les larmes... j'ai enfin réalisé...
Bref, voilà, petit témoignage un peu modeste mais en tout cas, j'admire ton courage !

Bon entraînement pour le semi !

Charlotte Grange a dit…

Quel plaisir de te relire ! Ton article est une fois de plus d'une vérité terrible et magnifique. Depuis que j'ai appris la mort de Matt je pense à lui souvent, à toi aussi, ça m'a fait me remettre en question sur beaucoup de choses, et ta clairvoyance par rapport à tout ça m'a donné envie de vivre beaucoup de choses, de profiter, de faire la part des choses et de trouver ce qui compte vraiment. Finalement je crois qu'il y a une force à trouver à travers tout ça. Merci à toi, de continuer à faire partager tes voyages qui font tellement envie et ton intelligence aussi. Tu es tellement forte. Des bisous !

Anonyme a dit…

Merci pour cet article, une fois de plus si intelligent, sincère et sensible. Comme plusieurs de tes lecteurs je pense parfois à toi, à tes épreuves et je t'admire pour ton courage.
Te lire me fait avancer, grandir, réfléchir.
Bravo et merci ^^

Alx

Anonyme a dit…

tu écris tellement bien, je te suis depuis quelques années maintenant, avant ton année Erasmus en suède, je t'admire beaucoup, tu as l'air très sacrément courageuse, tes proches peuvent être fière de toi... en tout cas félicitations pour ton parcours, je te suis sur instagram j'aime beaucoup tes photos, si tu veux reprendre petit à petit personnellement je serai très intéressée par tes articles voyages :) Je suis passée aussi par une phase de faiblesse psychologique pendant quelques mois, je n'avais connu que des problèmes physiques et je me souviens avoir eu la même réflexion que toi, ça ne se voit pas mais c'est bien plus difficile et sournois... de mon côté j'ai eu besoin de changer simplement de vie, j'ai quitté une ville pour une autre, et je me suis mise au sport :).

Je t'envoie plein d'ondes positives depuis Bordeaux :)

mélo a dit…

welcome back, nous t'attendions patiemment.

Anonyme a dit…

Quel courage ! Merci pour ce témoignage tu mérites de revenir sereinement à la vie ! bon come back ;)

Joupette a dit…

Ça fait du bien de te lire Marion...

J'ai suivi les recherches sur Facebook, j'ai souvent espéré son retour et j'y ai même cru parfois quand tu postais des photos souvenirs. J'ai beaucoup parlé de Matt autour de moi car il me faisait énormément penser à l'un de mes frères, tant il lui ressemblait physiquement et surtout parce qu'il était lui-même allé là-bas il y a quelques années, quand il avait son âge à peu près...
Bref, quand la nouvelle est tombée, j'ai eu l'impression de perdre quelqu'un, ça a fait comme un vide. Ce doit être très dur de perdre la personne qu'on aime.

Tu as été très courageuse et on ne pouvait que comprendre et respecter ton absence. La vie est devant toi maintenant, et je suis sûre qu'il serait fier de te voir croquer la vie à pleines dents !

Belle journée à toi,
J.

Anonyme a dit…

Marion, Welcome back chez toi :-) Tellement contente d'avoir de tes nouvelles... A très bientôt donc, je te souhaite tout le meilleur pour le reste de ta vie, le pire étant déjà arrivé.
Caroline

Rory a dit…

Bonjour Marion,

Quel courage d'écrire sur ce sujet.
Sans te connaître personnellement, juste à travers le prisme de ce blog que je suis depuis des années ainsi que les réseaux sociaux, je peux juste te dire que je suis fière de toi. Ce chemin a du être effectivement éprouvant au possible... peut-être que l'Inde, ce pays du spirituel t'a aussi aidé dans ton chemin vers ce "retour" à la vie.

En tous cas je continuerai à te suivre et suis heureuse que tu sois "de retour".

Bonne journée, Rory.

Anonyme a dit…

Chère Marion,
Fidèle lectrice, depuis longtemps, mais plutôt du genre "invisible" (= qui ne poste pas de commentaires), je voulais juste te dire à quel point ce que tu écris est juste et beau...Je tente de faire face à la perte de mon père, survenu il y a quelques mois, et je suis très touchée par ce que tu décris, c'est exactement ça, notamment cet incroyable paradoxe "laissez-moi tranquille, mais montrez moi que vous m'aimez"...Je te remercie sincèrement, du fond du cœur, pour ce post qui redonne un peu d'espoir et de foi en la vie...Courage à toi

Lola

Liiise a dit…

Welcome back !!

Sanaa K a dit…

La larme à l'oeil en cette matinée.
Merci pour ce bel article!
<3

Anonyme a dit…

Je comprends bien pour l'avoir vécu.Beaucoup de courage et d'amour!

Alba A a dit…

Bon. Y a rien à dire. Juste, putain, c'est vachement fort ce que tu écris. Contente de te savoir de retour Marion, courage pour la suite, on est tous là, silencieusement mais on est là :)
Alba

Claire a dit…

Welcome back Marion ! Ton article est très émouvant, je te souhaite encore beaucoup de courage et je te trouve vraiment très forte, et tu racontes de façon très belle ce deuil...
Bonne continuation, bon semi, beau challenge chargé de sens :)
Claire

Jade from Paris a dit…

<3

Anonyme a dit…

Le souvenir de Matt sera présent tout au long de ta vie, avec des hauts et des bas.
Ça ne sera pas forcément une expérience négative, car ça te fournira toujours un certain recul, une aide à relativiser et de la maturité dans les moments plus ou moins difficiles.
La seule chose à savoir est que tes proches (amis, amours, famille) devront apprendre à l'apprivoiser et vivre aussi un peu avec...

Elise LH a dit…

Quel joli texte, il est vraiment touchant, à la fois dans sa force et dans sa sobriété... Merci.

Et heureuse de voir que tu es de retour <3

Julia a dit…

Bonjour Marion,

Quel bel article, si joliment écrit. Je te souhaite de sourire à la vie encore longtemps <3

Justine a dit…

Mon dieu c'est comme si tu retranscrivais ce que j'ai ressenti après la perte de mon cousin l'année dernière... Tes mots sont si forts et si justes... je t'envoie plein de courage et d'amour, même par écran interposé je suis sûre que ça passe! Merci pour ton témoignage.

Lise a dit…

M E R C I

Anonyme a dit…

Bonsoir petite Marion

Je suis ton blog depuis tes débuts et je te rends "visite" tous les jours. Je lis tes tweets qui s'affichent ici sur ton blog, j'utilise les liens de ta blogroll également pour aller sur les blogs qui sont devenus mes blogs préférés pour beaucoup
Je ne t'ai jamais laisser de commentaire. Ce soir, je me permets.
Je souhaitais très simplement te souhaiter une bonne continuation dans ta vie et te remercier jolie Marion.

Héléna

Lison B. a dit…

Ça doit faire des mois et des mois que je ne suis pas venue sur ton blog, et voilà que je viens aujourd'hui (merci la une d'HC), et que je lis cet article... je ne m'y attendais pas du tout, et je l'ai trouvé très touchant... Je n'ai rien de plus à te dire que bon courage, perdre quelqu'un c'est dur, quelqu'un dont on est amoureux encore plus, mais personne, aucun de tes lecteurs ne pourra se mettre à ta place, personne ne peut imaginer ça... Profite de ta vie à fond et bas toi pour réaliser tout ce que tu souhaites réaliser, tout ce que l'être perdu ne pourra jamais faire, bas toi pour lui. gros bisous (et bonne chance pour ton semi marathon!!) ♥

Léa a dit…

Chère Marion,
j'ai découverts ton blog peu après ton retour de Stockholm, je n'ai jamais posté de commentaires. Puis, la vie suivant son cours, j'ai fini par ne plus le consulter. J'ai été interpellée par un article sur Madmoizelle évoquant ton dernier billet. Je suis touchée par tes mots et ton espoir. Te dire "bon courage" me brûle les lèvres, mais j'ai comme la sensation que tu n'as pas (plus ?) besoin d'entendre une telle chose. Alors je te souhaite simplement un doux retour sur la toile, mais surtout, un doux "retour à la vie".

Anonyme a dit…

peu importe comment on te chambre. pinky swear first.

CiTiZen/ _S_H_E_ a dit…

Je ne sais pas tellement quoi dire qui ne soit pas stupide après un tel article... mais juste ça m'a vachement touché, et pour te suivre depuis de nombreuses années, je trouve que tu as tellement muri ces derniers mois, c'est flagrant ! Je salue ta force et ton courage, j'espère sincèrement que tu trouveras rapidement une belle sérénité et de nouveau le bonheur !

Agoaye a dit…

Je te lis à l'instant. Découvre ton histoire et la sienne dans la foulée.

Alors juste <3

Lorraine a dit…

Ca fait plaisir d'avoir de nouveau de tes nouvelles ici Marion. J'ai beaucoup pensé à toi depuis la disparition de Matt et comme une geek caché derrière mon ordinateur (fan invisible de MarionRock depuis la première heure), j'ai guetté ton retour.
Je me retrouve dans ton texte, je pense que chaque personne qui à vécu un deuil s'y retrouve un petit peu.
Welcome Back alors et je t'envoie pleins de pensées positives.
Gros bisous. Lorraine.

Noémie a dit…

Juste une grosse pensée pour toi <3
Hate de te retrouver ! Je suis super contente de ton retour. Raconte nous tous ces beaux voyages que tu as fait dernièrement comme la Thailande !
Enormes baisers Marion

Elisa Vetillard a dit…

C'est un très bel article Marion, je suis heureuse de savoir que tu as su surmonter cette epreuve et apprendre à vivre avec, je te souhaite vraiment un doux et bon nouveau départ... bisous.

aix parisienne a dit…

MERCI juste un MERCI sincère ;-)

Valy a dit…

Bonjour Marion, je suis si contente de te lire. Je t'embrasse.

Nais a dit…

Yahouu ! J'ai fait une mini danse de la joie en voyant un nouveau post !

Que j'aimerais pouvoir t'offrir un énorme calin. Tu as grandi, passé des étapes et tu as réussi, géré même.
Malgré la souffrance et l'amour.
Tu es toute belle et toute forte, et je suis très heureuse d'avoir la chance de te lire à nouveau :)

Bienvenue chez toi <3

Voyance mail a dit…

Ton site est tout simplement et superbe. Bravo a toi bisou

voyance gratuite en ligne

Pertis T a dit…

Marion, merci pour ces mots si forts, si personnels et même temps très universels. Tu es une belle personne.

Margot a dit…

Je t'adore Marion.
J'ai l'impression que je te connais beaucoup alors même que l'on ne s'est jamais vu.
Je te suis depuis déjà pas mal de temps (la fameuse veste militaire H&M) et j'ai partagé tous les problèmes/drames auxquels tu as pu faire face.
C'est la première fois que j'écris car j'avais peur d'être indiscrète et puis je pensais que les autres parlaient pour moi.
En bref ce que je voulais dire c'est que tu à l'air d'être une personne géniale et vraiment intéressante. Je te donne tout mon soutien et j'espère que les malheurs vont te foutre la paix et que tu vas partager avec nous toutes les bonnes choses à venir.
Je te souhaite le meilleur

Penny Lane a dit…

Quel bonheur de lire par madmoizelle que tu avais repris le blog et que donc tu avais repris la vie. J'ai la gorge serré de te lire: mon mari dort a cote de moi, j'entends ses petits ronflements et je ne peux même pas me concentrer trop longtemps sur la perspective de le perdre, ça me donne le tournis. Je m'en vais le serrer en pensant a toi. A vous. A la vie et ce qun petit bout de femme est en train de réaliser a l'autre bout du monde.
Bienvenue Marion,les potes d'enfances sen foutent de ne pas avoir de nouvelles régulière : c'est tellement bon quand on en reçoit, rédigées avec soin et lucidité.

Penny Lane a dit…

Quel bonheur de lire par madmoizelle que tu avais repris le blog et que donc tu avais repris la vie. J'ai la gorge serré de te lire: mon mari dort a cote de moi, j'entends ses petits ronflements et je ne peux même pas me concentrer trop longtemps sur la perspective de le perdre, ça me donne le tournis. Je m'en vais le serrer en pensant a toi. A vous. A la vie et ce qun petit bout de femme est en train de réaliser a l'autre bout du monde.
Bienvenue Marion,les potes d'enfances sen foutent de ne pas avoir de nouvelles régulière : c'est tellement bon quand on en reçoit, rédigées avec soin et lucidité.

Anonyme a dit…

Je venais souvent sur ton blog, dans l'espoir de trouver un article (sans pour autant croire vraiment que tu t'y remettrai), car tu es pour moi une des seules blogueuses française qui est "vraie". Je n'ai jamais vécu ce que tu racontes dans cet article, mais en tous cas, courage. Souvent ans ces moments-là, tu sais qui est vraiment proche de toi (ou moins proche, mais les gens se révèlent un peu plus, dans le bon ou le mauvais sens).
Commentaire qui n'a pas beaucoup de sens, mais bon courage à toi, et reste comme tu es (ou du moins comme ce qu'on voit dans tes posts ;) )

Mathilde. a dit…

Très joli post. Je me suis tellement reconnue dans ce que tu dis... J'ai suivi les recherches de Matt etc, et je me disais "Comment fait elle?" Et puis j'ai perdu ma mère brutalement au mois de Mars.
Je n'ai jamais vraiment eu de Religion, juste issue d'une famille catholique, et depuis qu'elle est partie c'est vrai j'ai l impression que mon Dieu c'est elle... Tout ce qu'elle aurait souhaité pour moi est arrivé, j'ai aussi 'impression d'avoir de la chance au quotidien !! Comme ci j'avais réellement une bonne étoile.... Un nouvel amoureux après 8ans de célibat, une évolution de Vendeuse à responsable de boutique... Ou ça ? A 30km de mon magasin d'origine, face à la baie où nous avons jeté ses cendres...
Je ne sais pas si j'ai fait son deuil, je ne pleure pas souvent, j'ai aussi écouté un vieux message vocal d'anniversaire le matin de mes 24ans fin juin. Il n'y a plus la notion de présence physique, elle est partout avec moi.
Je te suis depuis tellement d'années, je viens aussi, très régulièrement sur ton blog, un jour je t'ai croisé dans les escaliers du forum des halles il y a environ 3ans et je me suis dit "oh je la connais" !
Je suis sûre que Matt t'a emmené vers un chemin spirituel et que ce n'est pas pour rien, tu as un Dieu maintenant.
Mathilde.

Marion a dit…

Marion, quelle façon d'écrire tu as...
Malgré ce silence que tu as laissé sur ton blog pour les raisons que nous connaissons tous, tu reviens plus forte.
Merci de partager avec nous ces morceaux de vie intime qui enrichisse je pense chacun de tes lecteurs.
J'avoue avoir un peu souffert avec toi en te lisant. Tu arrives à dégager tellement de choses dans tes écrits que c'en est émouvant.
Continue d'être forte, et comme tu le dis, la vie est belle, ressens la vie que tu as en toi, et ressens comme tu es entourée aussi.
Et bon courage dans ta préparation du semi ;)

capharnaum a dit…

Bonsoir Marion,

Cela fait des années maintenant que je connais ton blog. Je me souviens de tes premiers looks, très apprêtée, toujours très soignée.
Et puis aujourd'hui je te retrouve complètement différente de celle que j'ai connu à travers ton blog il y a quelques années, tu as grandi. Tu écris toujours aussi bien, mais tu es devenue plus simple, plus naturelle et aujourd'hui, c'est vraiment un plaisir de te lire, de vivre ces voyages avec toi et de connaitre tes impressions très justes à travers tes posts. Je me vois beaucoup en toi, seulement je n'ose pas me livrer aussi pleinement que toi sur la toile. Mon petit blog est donc pour l'instant un début d'une accoutumance de looks, mais j'espère être beaucoup plus à l'aise à l'avenir et prendre confiance en moi pour pouvoir m'exprimer sur différents sujets qui me tiennent à coeur.
Je comprend totalement ton absence sur le blog, on a tous besoin de faire un break pour aller mieux, de se centrer sur autre chose ou de se couper du monde.
Ça ne vaux peut-être rien parce qu'on ne se connait pas et que c'est la première fois que j'ose me déclarer sur ton blog à l'aide d'un commentaire mais je te soutiens moralement, et je tiens à te dire que tu es très forte, très indépendante, et qu'il faut simplement que tu continues à te dire que tu es une femme chanceuse d'avoir connu cette personne qui t'étais chère puisque vos routes n'étaient à la base pas prédestinées à se croiser au vu de vos deux nationalités. Et le pied, c'est que vous avez eu le beguin. Ce beguin qui ne s'oublie jamais. Ce jeune homme laisse une grande trace à travers toi et tu peux être fière de tout ce dans quoi tu t'es impliqué pour sa cause.

Je t'embrasse, en espérant pouvoir te lire à nouveau prochainement.

Mélanie.
www.capharnaum-blog.com

Andréa a dit…

Un si belle écriture, des si beaux mots pour décrire des sentiments indescriptibles. Un grand bravo Marion pour savoir faire cela si bien, et un grand bravo aussi pour tout le courage que tu as eu.
Je te souhaite un bien bel avenir remplis de joie et de bonheur dans ta vie et sur ce blog!

Mathilde a dit…

<3

Je ne peux pas écrire grand chose d'autre, parce que comme beaucoup je suis dans le marasme en ce moment.

Alors je te fais un câlin, un énorme, et te souhaite courage, force, amour et tout le reste. Ça ira. Vraiment. Répète-le toi mille fois s'il le faut : ça ira.

Je t'embrasse bien fort.

Anonyme a dit…

Quel courage quelle fragilité quelle émotion
Vraiment contente (pour toi pour nous) de te savoir de retour à la vie

Bon courage
FM

Anonyme a dit…

Welcome back, Marion :)

Olivia (à Paris) a dit…

Ah ça, la douleur psychique, à tout prendre je préfère la douleur physique. C'est fou ce que ça peut juste te stopper net, te faire arrêter de respirer.
Je suis heureuse que tu aies traversé ce chemin, que tu aies reussi.
Plein de bisous.

Cat a dit…

Marion,

je n'avais pas vu ton retour mais je l'espérais depuis des mois. je le découvre ce matin,et j'en suis très touchée.

je n'écris pas si bien que toi mais je pourrai dire tout ce que tu écris.

les bras de mes proches ont été et sont toujours ce qui me réconfortent le plus, face au décès de mon père l'année de mes 21 ans et face à certaines grosses souffrances depuis.

Des amis très proches ont perdu une petite fille nourrisson ; tout ce qui m'importait c'était de leur offrir mes bras. C'était mon évidence.

Aussi, lire ceci dans ton article m'émeut beaucoup. Et je suis ravie que tu aies eut les bras nécessaires pour t'entourer dans cette épreuve.

Cet amour inconditionnel dont tu parles est une richesse que tu as souhaité saisir et transformer pour avancer ; je me reconnais là dedans aussi.

Comme une seconde naissance après le deuil, une nouvelle destinée portée par une croyance et un amour inconditionnel.

je suis heureuse de t'écrire et de te lire.
belle journée à toi

Anonyme a dit…

Cher marion, une amie ma transférer ton article car elle a pus, grace a toi, ressentir ce que je ressent depuis deux ans. Il y a un peux plus de deux ans j'ai moi meme perdu mon grand amour. Et même si la douleur n'est plus la même avec le temps, elle est toujours présente. Pas plus tard que cette nuit j'ai encore rêver de lui. Comme souvent. Et après ces rêves, la réalité n'est jamais la même.
Je me suis retrouvée dans tes mots. Quand tu parle du vide de sentiment, je nai rien ressentit pendant plusieurs mois également. Jetait avide de sensations forte, de sentiments extrême! J'avais besoin de me sentir vivante! Jusqu'à un beau jour, je ne me souviens pas vraiment quand, mais j'ai eu ce déclic également. Puis avec le temps la vie reprend son chemin, la vie continue. Jai compris que je devais également vivre, alors s'il faut vivre autant vivre a fond et ne rien regretter.
Jai, grace a cette dir étape de ma vie, fait un grand tris, j'ai compris beaucoup de choses sur la vie et sur le reste. Cest un moment qui nous transforme a jamais.
Je ne men était paq encore rendu compte mais ce que tu dis sur les proches, cest exactement ca, soyez présent, restez la ! Dans un moment aussi difficile qu'il puisse être vous êtes la seule chose qui nous tiens!
Je ne souhaite a personne de vivre ce que j'ai vécus, mais je te remercie pour ton témoignage qui ma permis de mettre des mots sur certains sentiments que je ressent encore.

Je te souhaite bien du courage et de la force, bien que je suis persuader du sentiment que ti ressent en lisant cette dernière phrase, la force et le courage...
Entour toi des bonnes personne et continu de vivre. Profite de ta vie a fond! Tu n'as que ca a faire avant de retrouver ton amour. Ne te prive de rien. Bas toi!

Une autre Marion ��

Sophie a dit…

J'ai connu la douleur d'une rupture difficile, celle de la mort d'un proche aussi, et je connais bien cette insupportable douleur psychique que rien ne soulage à part le temps, la vie.
Ce que tu as vécu est terrible, j'admire ta force et elle m'inspire souvent. Quand je cours derrière mon copain qui s'est approprié ton t-shirt indien que j'avais remporté sur Instagram, j'ai toujours une pensée pour toi et tu n'imagines pas comme ça me motives à continuer à courir et me force à être forte !

Anonyme a dit…

Merci, juste merci.

Elise a dit…

Merci Marion pour ce post et merci de faire revivre ce blog avec toi !

aménagement placard a dit…

votre article est trés magnifique
vraiment j'adore bcp
merci pour le partage et bon chance

Mathilde from Influence Inspiration a dit…

Bonjour Marion,
Je re-découvre ton blog que je lisais il y a plus d'un an. Je découvre aussi ton année 2014. ça m'a beaucoup émue. Je ne peux imaginer ces moments que tu as du traverser et pourtant j'ai envie de te dire de profiter même si l'on ne se connait pas. Profiter des choses simples qui sont les meilleures et du nouveau regard que tu dois avoir sur le quotidien et la vie que l'on mène tous.
Félicitations pour tes billets très bien écrits et profondément humains/naturels.
Mathilde

voyance serieuse gratuite a dit…

Merci beaucoup pour ce site et toutes les informations qu’il regorge. Je le trouve très intéressant et je le conseille à tous !

Naïma a dit…

Chère Marion,

Bien que notre situation est différente, perdre son amoureux ou perdre son père, elle est la même: la souffrance de perdre un être cher. Tes mots m'ont réconfortés comme un nuage tout doux parce que pour la première fois depuis longtemps quelqu'un a su mettre des mots sur ce que je ressentais et plus important encore sur ce que j'attendais des mes amis et proches durant cette période. J'ai eu l'impression d'être moins seule.

C'est bête mais c'est vrai.

Merci Marion. Merci du fond du coeur.

Je te souhaite tout le meilleur. Prend bien soin de toi.

Naïma

 
Marion Rocks