mercredi 12 novembre 2014

2 jours à Varanasi

VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI
VARANASI

Avant de partir en Inde, je ne connaissais absolument rien de ce sous-continent. Je pensais que tout ses habitants étaient hindous, parlaient couramment anglais, je savais que le Taj Mahal était l'une des 7 merveilles du monde, avais appris que le Gange était plus insalubre que jamais et que le Lycée Français de Pondichéry passait les épreuves du bac avant tout le monde (merci les gars, on s'est tapé tous vos sujets au bac blanc !).

Tout ça pour dire que pour moi, mettre enfin les pieds à Varanasi en juillet dernier après 1 an passé en Inde était une sorte d'aboutissement. Passer quelques jours dans l'une des villes les plus sacrées pour les hindous, où la mort est omniprésente (dans l'eau du Gange, dans l'air gorgé de cendres et dans l'esprit qui questionne la Foi : car oui, ici on vient mourir pour accéder au salut, soit la libération suprême)... C'est quelque chose.

Avant d'arriver, le peu de reportages et documentaires que j'avais vus sur l'Inde dressaient le portrait de ruelles sombres, étroites et sales. D'odeurs pestilentielles et d'animaux errants. De rues bondées, étouffées par un bruit assourdissant et une chaleur abominable. Vivre dans le passé, loin des habitudes occidentales, là où la religion puise sa source. Une pauvreté extrême. 
Finalement, ce n'est jamais ce que j'aurai ressenti à Chennai, qui malgré tout ses défauts reste une ville très agréable à vivre. On s'y sent en sécurité, je vis face à la mer dans un quartier résidentiel, de nombreux cafés s'ouvrent petit à petit, la ville se réveille grâce au boom IT. C'est très loin de tout les stéréotypes que j'avais en tête.

Mais une fois le pied posé à Varanasi, accueillis par une mousson dégueulasse, je me suis pris une claque. Tous les clichés sont réunis ! Là voilà, l'Inde que je voyais à la télé. Celle qu'on aime tant dépeindre, disséquer et prendre pour ultime vérité ! Les voilà les ruelles sombres, le regard perdu des familles Européennes venues en touristes, l'air songeur des Sadhus et les corps brûlant sur les marches des Ghat. Et le bruit. Mon dieu, ce bruit ! Des klaxons partout, tout le temps à t'en péter les tympans. On croyait connaître le pire à Chennai, ce n'est rien comparé au bordel du centre ville de Varanasi.

Après le choc, vient le réconfort. Au détour de quelques ruelles, on tombe non sans difficulté (des petits malins avaient pourtant eut le culot d'ouvrir le même restaurant en face de celui où nous devions aller : même devanture, même nom, même logo, même menu photocopié...) sur un rooftop de rêve : celui de la Brown Bread Bakery. Aussi incroyable que cela puisse paraître, notre première soirée à Varanasi a démarré avec des plateaux de fromages d'Auroville et de la Kingfisher bien fraîche. S'en est suivi un dîner de champion à l'étage en-dessous, accompagné d'un concert assez incroyable.

En sortant, repus, on réalise que ce même établissement organise des tours en barque au lever du soleil pour découvrir les rives du Gange. Rendez-vous pris dès le lendemain matin, réveil réglé à 5H. C'est durant ces quelques heures on ne peut plus calmes, à se laisser bercer par le lever du soleil et les histoires de notre guide que j'ai pris la plupart de ces photos. Et vraiment... Qu'est-ce que c'était beau, riche en couleurs et en émotions !

Comment ne pas être bêtement ("occidentalement") horrifiés devant tout ces gens qui se baignent gaiement dans le Gange, boivent son eau (je vous rappelle que les morts gisent au fond) réputée sacrée comme si de rien était ? Comment ne pas être chamboulé devant les corps embaumés d'un linceul blanc, attendant d'être incinérés en plein air ? Et toute cette effervescence, et cette incroyable différence entre la vieille ville (une des plus vieilles au monde !) et la "ville moderne" qui s'étend malgré tout. Que de clichés, je vous avais prévenus ;)

Si je suis pourtant fervente amatrice de l'Inde du Sud et milite gentiment pour sa découverte (oubliez le Rajasthan 5 minutes s'il-vous-plaît, cette région va finir gâchée par le tourisme !), je vous assure que Varanasi, très au Nord, est un passage obligatoire en Inde. Limite, oubliez le Taj Mahal au profit de la ville sacrée, vous ne serez jamais déçus. C'était fou, déroutant, long à digérer mentalement mais incroyablement enrichissant. Merci Varanasi !

28 commentaires:

Mademoiselle Audrey a dit…

J'aime beaucoup la façon dont tu décris, tu nous fais voyager un petit peu avec toi...

peachylau a dit…

Je trouve cette dernière photo vraiment magnifique.

Héma pose ses valises a dit…

Varanasi c'est l'Inde puissance 10, à tous les niveaux, à tous les sens. Ce qui s'y passe laisse réfléchir sur un tas de sujets mais je n'ai pas réussi à apprécier l'aura que nous montre souvent les reportages sur ce coin de l'Inde.
Et pour le bac, vous aviez au moins des sujets plus récents que nous bacheliers de Pondy :p

Anonyme a dit…

Varanasi = Bénarès (c'est pas évident pour tout le monde)

MarionRocks a dit…

@Anonyme : ben en fait, oui et non. Varanasi s'est appelée Bénarès pendant une époque mais ce n'est plus le cas. C'est comme appeler Chennai "Madras" en quelque sorte :)
Du coup, comme nous sommes en 2014 et que la colonisation anglo-saxonne n'est plus, j'en reviens donc à Varanasi. J'aurai peut-être du le préciser en effet, c'est vrai qu'à l'école on ne m'a parlé que de Bénarès alors que ce n'est pas vraiment la bonne appellation. Si je me trompe, n'hésite pas à me corriger car l'Histoire Indienne n'est pas encore ma spécialité :)

Clara a dit…

Je suis allée à Varanasi il y a plusieurs années. J'ai adoré et j'en retiens surtout la lumière incroyable et la sérénité de la ville.
C'est drôle car ça me semble un peu contradictoire avec ton ressenti.
C'était ma 1e fois en Inde et je n'ai pas du tout un souvenir de "bordel" ou d'oppression, contrairement à ce que j'ai pu ressentir les jours précédent à Mumbai ou New Delhi (peut-être juste que je m'étais habituée..). Je me souviens m'être sentie calme, plus "anonyme" et bien dans cet endroit, un peu comme dans une parenthèse dans ce voyage.

E. a dit…

Coucou, super tes articles sur l'Inde, j'adore. J'ai une petite question d'ailleurs. Comment te sens-tu en Inde ? Te sens-tu différente que quand tu habitais Paris ? Plus épanouie ? Comment le vis-tu de te retrouvée si loin ? Est-ce qu'on se ressource et qu'on se pose moins de questions et problématiques superficielles ?

Je suis pas clair, désolée. Je me demande, simplement, ce que cela fait comme "action" sur la manière de pensée, sur nos complexes, sur notre vision de s'habiller, de se sentir bien, de voir la vie, ...

Merci pour tes articles, ils sont supers.
E.

Anonyme a dit…

Chouette cet article sur Varanasi ! (Et au passage, cool de te revoir sur le blog).
C'est amusant car samedi soir, fin de soirée (arrosée) - début de matinée ^^ chez un potes on se met à regarder des photos...de voyage...et notamment d'un bout de voyage que l'on avait fait en Inde justement. Que d'émotions... Et, tu vas trouver ça bête, mais Varanasi, on l'avait baptisée "la ville des gogols" mais pas dans le sens négatif, juste qu'il s'y passe tout et n'importe quoi, comme dans un tourbillon de folie qui nous changeait pas mal de la quiétude de Rishikesh <3
(Si tu veux voir quelques photos : http://quatreautourdumonde2.blogspot.fr/2012_04_01_archive.html ou encore ici http://quatreautourdumonde2.blogspot.fr/2012_05_01_archive.html)

Des bises,
et encore happy de te revoir ici ;-)

Crazy Clemcy

AIX PARISIENNE a dit…

Juste Merci de nous faire partager cette jolie vision de ton voyage...

MarionRocks a dit…

Hello @E. !
Merci pour ton commentaire :)
J'ai un contrat de 2 ans ici, alors je pense que la première année a été très difficile, je me sentais vraiment très loin de tout le monde et ça se traduisait pas des sensations de vertige et de grande peur parfois.
L'Inde est un pays qui te retourne le cerveau et ça prend un temps fou de s'y habituer lorsqu'on doit y vivre plutôt que d'y être simplement en touriste. Savoir comment allez chez le médecin, faire ses courses, se déplacer, comprendre la langue (ici on parle Tamoul), découvrir une autre culture... C'est très déroutant et parfois difficile.
Je suis maintenant dans ma seconde année et je le vis beaucoup mieux :) J'ai mes repères, ma maison, mes amis, mes habitudes, mon chat... La vie se poursuit mais différemment.
Bien évidemment ce type d'expérience change complètement ma vision du monde et c'est tout à fait ce que je recherchais ! Il fallait absolument que je me retourne le cerveau et que je vibre, je suis assez accro à ça.

Pour autant, chassez le naturel et il revient au galop. Ce n'est pas parce que je vis dans un pays où la pauvreté extrême est très présente que je ne vais pas arrêter de consommer, m'acheter des fringues, me maquiller, faire du shopping entre copines et me plaindre de manquer de vin rouge et de saucisson sec... Je reste telle que je suis et je me découvre donc :)

Pour ce qui est de l'habillement, c'est un vrai casse tête... Mais pas vraiment dans le fond. En été en France, tu n'irais pas en poom poom short et petit débardeur au bureau très facilement. Les regards, les transports en commun, les rdv clients... Bon ici c'est pareil, il fait entre 30 et 40° toute l'année à Chennai à cause du climat tropical donc il faut jongler avec la pudeur, les règles de bienséance et ne pas avoir trop chaud dans ses vêtements !
Donc je m'habille différemment certes (je suis en sandales toute l'année, adieu les bottines en cuir et les petites vestes) mais je m'éclate en weekend quand je sors : rouge à lèvres, petite jupette et talons.

En vrai... Il faut rester soi-même tout en s'ouvrant aux contradictions de ce nouveau pays :)

Caetera a dit…

Gros instant culture pour moi qui pensait que Varanasi était encore une idée farfelue de Jared Leto pour 30 Seconds To Mars (chanson sans paroles appelées Pyres of Varanasi) Merci Marion pour ces belles photos !

xx

Olivia (à Paris) a dit…

J'ai adoré lire ton billet, j'avais l'impression d'être à tes côtés dans les rues.
Il y a un syndrome mental qui touche certains touristes, qui, trop choqués par la différence de vie, de culture que nous avons avec eux, deviennent quasi fous et se font rapatriés. C'est dingue!
Je ne sais pas si je serais capable d'encaisser cet enorme choc culturel, je me connais. Boir l'eau du Gange, juste pas possible, marcher à côté des morts dans un linceul, je suis bien trop occidentale.
Il n'en reste pas moins que ces photos sont incroyables, que l'architecture est à se damner, les couleurs, l'ambiance, tout me fait rêver.

Coline Chavaroche a dit…

Merci pour ce beau billet :)
très bien écrit
tu me donnes envie de voyager

Un concours est en ligne sur le blog!
Gagnez votre paire de lunettes:
http://fashioneiric.blogspot.com.
Coline ♥

Anne a dit…

C'est marrant, en regardant les images, donc avant de lire, je me suis dit: c'est exactement comme ça que j'imagine l'Inde!
J'irai, un jour, mais je ne suis pas encore prête! Merci en attendant!

cAT a dit…

Varanasi c'est un rêve que je compte bien accomplir avant de mourir.... merci pour ce superbe article et ses photos.

Valerie a dit…

Trop trop contente que tu sois de retour sur le blog. Je serais de passage (trop court) en Inde pour la deuxieme fois debut Decembre. J'ai pu experimenter un tout petit peu l'Inde don't to parles lors d'un passage a Bangalore l'annee derniere. J'espere que j'en decouvrirais encore plus cette annee. J'ai vu les animaux errants, la circulation compliquée (!), les klaxons, les routes bloquées par la pluie, la difference entre les classes sociales, la pauvreté... Mais aussi des collegues gentils et accueillants, des plats excellents, une approche de la vie tellement differente de la notre en Europe... J'ai envie d'en voir plus!

E. a dit…

Marion,
Merci de m'avoir répondu. Cela m'apporte beaucoup et ça fait écho en moi ce que tu me dis. Je me pause pas mal de questions identitaires et au niveau de ma consommation en tout genre que cela soit d'images, d'objets, de vêtements, de livres, de films, etc.
Et ton commentaire, me fait du bien.

J'ai une amie qui est partie vivre depuis deux ans à Montréal. Certes la langue reste pareille, et la société est dite occidentalisée. Mais, elle note de réelles différences de culture. Il lui fallu également trouver ses repère. Savoir vivre de sa solitude, se retrouver avant de repartir sur d'autres bases, plus solides. Du moins ce qu'elle m'en dit.

Peut-être qu'un jour j'en ferai l'expérience. C'est comme si au fond de moi. Je sens que j'en ai besoin. Afin de m'épanouir, peut-être ?

Merci, bonne continuation et je te souhaites encore mille expériences et petites anecdotes.

Gaelle Zimmer a dit…

Bel article et belles photos :)
Varanasi est une ville qui m'attire et m'intrigue, mais je ne sais pas si je suis prête à y mettre les pieds... Cette ville a l'air tellement sacrée, tellement précieuse pour les Hindous, tellement "chargée" que je ne suis pas sure de m'y sentir à ma place. Et en même temps, ces ruelles, ses rituels, ses fleurs et bougies, le bord du Gange,... ça me plait !
Si je retourne en Inde un jour, la question de passer à Varanasi se posera, c'est évident.

Gaelle Zimmer a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Anonyme a dit…

Pour moi aussi Varanasi a été un vrai choc, tel que tu le décris.
Tes photos sont très belles !

Margot
http://wwww.miroirdemuses.com

Anonyme a dit…

Bonjour Marion,

Je suis ton blog avec attention, merci de ton regard sur l'Inde!

Juste un petit conseil film: "Forest of Bliss" de Robert Gardner, un documentaire magnifique du début des années 80 sur Varanasi. Robert Gardner était le chef du département anthropologie à Harvard, et un cinéaste passionnant. C'est un film époustouflant, qui retranscrit bien la coexistence permanente de la mort et de la vie, des fleurs et de la décomposition, etc. C'est sans dialogues, mais monté de façon magnifique.

C'est un film qui est souvent montré pour les aspirants ethnographes/anthropologues/cinéastes. Je ne sais pas si je te le vends bien, mais vraiment, ça vaut le détour!

Bien à toi, Noémie

Juliette a dit…

Super ton article, on a vraiment l'impression de voyager avec toi!

Elsa Hudson a dit…

Une ville qui à l'air vraiment super ! Je pense y aller pour mon prochain voyage en Inde !

Anonyme a dit…

Bonjour Marion,
Cela va faire plusieurs années que je fréquente ton blog, et pourtant ne voilà qu'aujourd'hui mon premier commentaire. Cela est un poncif, mais qui n'a pas pour but d'excuser ce retard, mais bien plutôt d'appuyer mes félicitations à venir.
Car si je peux me satisfaire très aisément de flâner sans grande incidence sur la blogosphère, je dois avouer qu'être d'un coup happée par un texte, emportée par un récit, représente un plaisir bien supérieur.
Donc je tenais à te féliciter pour ce tournant que tu sembles donner à ton blog, et t'encourager (peut-être) à poursuivre au delà, car tu as un talent certain pour l'écriture à mes yeux!
Bonne continuation,
L.

Camille BlogMode-AsWildChild a dit…

Merci pour cette article qui m'a rappelé mes trois semaines passé dans le sud de l'inde. C'est vrais que ce pays est d'un coté ce que l'on depeind partout ds les média, mais il a aussi un autre visage qui peu être magnifique et pleins d'une belle spiritualité. Mon voyage a été pleins de moments entre émerveillement et oppression mais je ne le regrette pour rien au monde!

http://aswildchild.blogspot.fr/

Lisa a dit…

Que d'émotions !

Moment Sophie a dit…

Ton article est absolument époustouflant ! Je ne te connais pas ,je tombe dessus par hasard. Je pense que je vais faire le tour de ton blog. .... Et pas qu'un peu.

A bientôt

Sophie

voyance par mail gratuite a dit…

Je viens de découvrir votre site et en tant que passionnée, je vous remercie et vous souhaite une bonne continuation. Surtout continuez toujours ainsi ; votre site est super !

 
Marion Rocks