dimanche 22 mai 2016

Voyage au Mexique : introduction

Mexique INTRO

Vous n’avez pas idée à quel point le Mexique m’a ressourcée… Avant de partir, je n’étais pas du tout dans une optique de transformer ces vacances en reportage pour le blog (heureusement que d’autres blogueuses plus douées, plus patientes et plus professionnelles que moi le font et je les admire car vraiment pour moi, les vacances = DÉCONNEXION TOTALE !) mais j’ai reçu plusieurs commentaires sur Instagram ou Twitter me demandant de le faire.

Au début c’était anecdotique et puis j’ai réalisé au fur et à mesure des questions posées que mes vacances intriguaient alors je me suis dit : « pourquoi pas ? » Commençons par le début : après 2 ans en Asie à vadrouiller un peu partout entre l’Inde, le Sri Lanka, le Népal, la Thaïlande, la Birmanie, Hong Kong, le Laos ou encore Bali (ouais rien que ça !)(l’Australie ça compte pas on va dire), je me suis rendue compte à quel point le monde était petit et immense à la fois.

Dans le sens où plus tu voyages, moins les grandes distances te font peur, moins l’idée de dormir dans des hôtels improbables te fait peur et l’immersion dans l’inconnu t’excite de plus en plus. Bon après avec internet, c’est très très facile de voyager : je ne me permettrai jamais de me faire passer pour ce que je ne suis pas : une aventurière.
Mais j’ai besoin de me retrouver dans des lieux où je ne connais personne, où je ne comprends rien et où toutes les saveurs, les odeurs, les sons et les paysages sont différents. Ca chamboule, ça remet les choses en place dans la tête car on arrête de tout voir de son petit point de vue de française ethno-centrée sur son nombril occidental.

Bref, mon bien-être mental passe par cela. Et si les saveurs de l’Asie me manquent énormément, je m’étais promis de partir à la découverte de l’Amérique du Sud pour les 2-3 prochaines années. Ensuite ce sera l’Afrique, puis le Moyen-Orient je l’espère (je rêve d’Iran et de Jérusalem mais comment dire que c’est pas trop le moment).

Mexique INTRO

J’ai voulu commencer par l’Argentine et j’ai tellement bassiné tout le monde avec ce pays que mon frère m’a offert le Lonely Planet pour Noël. Mais j’ai réalisé après coup que les périodes où je souhaitais partir n’étaient pas top au niveau du climat et j’ai préféré reporter le voyage à octobre/novembre. J’ai donc proposé à des amis de me suivre au choix ou au Mexique, ou au Brésil.

Je n’y connaissais absolument rien, ne parle pas un mot d’espagnol ni de portugais, mais après 11 mois de grisaille parisienne il me fallait ma dose de cocotiers et de jolies plages, saupoudrées de quelques visites culturelles histoire de ne pas trop culpabiliser et parce que quand même, on finit vite par s’emmerder à lézarder plusieurs jours d’affilée sur la plage, même paradisiaque.

De fil en aiguille, on s’est retrouvés à embarquer dans un avion de merde (je pèse mes mots) avec une compagnie de merde (Air Europa ça rime avec caca. Pardon.) mais dans un pays qui n’était pas du tout de la merde : le Mexique.
On savait juste qu’on atterrissait à Cancùn le 24 avril à 18H35 heure locale et qu’on voulait passer les 2-3 premiers jours à Tulum, à quelques centaines de kilomètres au sud, où un hôtel de dingue nous attendait. C’est tout.
C’est-à-dire qu’en atterrissant, on ne savait même pas comment se rendre à Tulum.

Mexique INTRO

C’est pour ça que j’ai bien rigolé quand vous me demandiez sur Instagram comment j’avais organisé mon voyage ! Je pense que la baseline de ces vacances était LE YOLO LE PLUS TOTAL. Tellement YOLO qu’on ne savait même pas qu’il fallait des adaptateurs pour les prises et qu’on a passé la première journée sans téléphones, tous déchargés.

On ne savait pas non plus qu’aucun de nos Snaps n’allait passer. C’était bien la peine de vous dire d’aller me suivre sur Snapchat : tout ce que je postais ne passait pas. Est-ce que le Mexique a une dent contre le petit fantôme ? J’ai pas cherché plus loin et je me suis contentée d’Instagramer tout ce que je voyais, avec le filtre de la bienséance.

Non parce que les photos off, vous voulez pas les voir. Par exemple j’ai de magnifiques souvenirs de mes sculptures de zizis sur la plage à côté desquelles je pose langoureusement avec Victoria, mortes de rire comme des gamines de 13 ans qui font les malignes parce que hihi, t’as vu j’ai fait un zizi dans le sable. Bref tu vois le niveau de décompression des vacances ?
Rah ça fait du bien.

Mexique INTRO

Bref bis, tout ça pour dire qu’en sortant de l’aéroport, on a demandé au vendeur de sodas comment aller à Tulum. Il a juste compris « Tulum » dans notre phrasé de vache espagnole et a pointé du doigt un monsieur tout seul derrière un comptoir. Lequel nous a expliqué en comptant sur ses doigts et en articulant bien qu’on devait attendre 15 minutes le bus pour Playa del Carmen, que là-bas on attendrait encore 1H et qu’ensuite on aurait un autre bus pour Tulum qui durera 45 minutes.

Si tout se passe bien. A ce moment-là il est 20H30, t’as déjà 12H d’avion dans la tronche et je te le fais en mille : on est arrivé à minuit dans notre fabuleux Zamas Hotel. C’était tellement l’euphorie en découvrant notre chambre qu’on s’est endormis comme des bébés en souriant. Et c’est là que je vais vous dévoiler notre fameux secret d’organisation de vacances : la carte de touriste !

Le staff de l’hôtel Zamas nous en a donnés et ce n’est que le deuxième matin au petit-déjeuner qu’on s’est attelés à la tâche de la to-do list Mexicaine : que faire, que voir, où aller, quand, comment, combien de temps ? Après avoir déplié la fameuse carte touristique de la Maya Riviera, on a listé toutes les villes qu’on voulait voir et qu’on nous avait conseillées, on les a repérées sur la carte et après des ratures, des gribouillages, des tirages de cheveux, on avait notre plan : Tulum, Cobà, Valladolid, Ek Balam, Chichen Itza, Mérida, Akumal, Playa del Carmen.

En une bonne heure, c’était bouclé et le Quintana Roo et le Yucatan n’attendaient que nous. Mais ça, c’était avant que le YOLO s’en mêle à nouveau car après Chichen Itza, on a filé à Bacalar et Isla Holbox sans même passer par Akumal.

Mexique INTRO

Je vous raconte tout ça dans une deuxième partie ? Maintenant que vous savez comment j’organise mes vacances, c’est-à-dire complètement à l’arrache, vous pouvez relativiser en disant que niveau procrastination, y a pire que vous.

 Bisous et à très vite !

8 commentaires:

Vikie a dit…

hahahaahha j'adore ton organisation de voyage, vraiment l'idéal tu organise au jour le jour en fait, en fonction des envies du moment et aussi des disponibilité.... simplement j'adore et j'attends la suite (car personnellement je préfère 10000000000000 fois tes histoires de voyages à celles des blogueuses qui ne font que ça et qui en font un business.. tes voyages sont plus simples et plus humains et personnellement c'est tout à fait mon style ^^)

Elea a dit…

Il faut que je te dise que plus je te connais, plus je suis fan de toi. Au delà de la non organisation, c'est tellement rare de croiser cette Etat d'esprit chez les "voyageurs" (et encore plus chez les francais, pas desolee) sortir de son cocon sans jugement ni peur, changer de point de vue et y trouver un intérêt "sain et naïf" de meuf qui veut juste apprendre à connaitre "l'autre". Je trouve que t'es une nana vraiment geniale pour ça (et plein d'autres trucs).
Et sinon ma meilleure pote rentre à peine d'un voyage en mode yolo en Iran, ca se fait. Certains pays de la région comme la Jordanie et meme Israël sont relativement facilement atteignable et absolument sublimes. Je te souhaite de réaliser tes rêves de voyage et au delà.

Jéromine a dit…

Salut Marion, tes photos Instagram du Mexique étaient très jolies, ça donnait vraiment envie ! Mais je trouve quand même rigolo que tu dises que le Mexique t'a ressourcée, alors que le 12 avril, en réponse à Enjoyphoenix qui se disait ressourcée par son voyage en Inde, tu écrivais "vécu deux ans en Inde et je suis loin d'être revenue ressourcée". Comme quoi on est finalement plus semblable que l'on croit à ceux dont on veut à tout prix se différencier ;) Bonne continuation

MarionRocks a dit…

@Jéromine : merci pour les photos :) Concernant EnjoyPhoenix, tu réalises en te relisant j'espère que ton commentaire est hors sujet ? Que si l'Inde ne m'a pas ressourcée dans le sens recherché par ceux qui partent en Inde dans l'espoir de vivre une expérience mystique ou spirituelle, une quête de soi et de sens... Cela n'empêche pas d'être revenue ressourcée du Mexique, non pas grâce au pays, mais grâce aux personnes avec qui j'ai passé ces vacances où j'ai enfin pu me déconnecter de l'ambiance parisienne ? Rien de spirituel de mon côté, pas de naïveté genre "tellement touchée par la grâce des mexicains hanlala" (comme je peux le lire parfois par ceux qui reviennent d'Inde... ça me laisse toujours pantoise mais je respecte).
Bref, je n'ai jamais chercher à me différencier d'EnjoyPhoenix et n'essaierai jamais de me croire meilleure que d'autres :)
Merci pour ton avis en tout cas, à bientôt :)

Laurelas a dit…

Moi qui viens de revenir de Lisbonne où on s'est organisés un peu à l'arrache aussi, ça me "rassure" un peu :D (et puis je sais pas comment le dire, mais j'aime beaucoup te lire, tu as l'air si spontanée et chouette + naturelle, ça apporte un peu de fraicheur :))

Vivement la suite du récit :)

Unknown a dit…

Tes photos du Mexique sur Instagram m'ont fait rêver comme celles de Celine de Thaïlande de Bons Baisers d'ailleurs me font rêver en ce moment aussi, on a sa dose de soleil et du coup, sa dose de patience pour les prochaines vacances qui arrivent ;) Je me suis aussi beaucoup retrouvée dans la première partie de ton article. Cependant, je trouve dommage de se mettre des barrières pour certains pays/zone comme le Moyen Orient sous prétexte que ce n'est pas le bon moment. J'ai vécu à Jerusalem, je ne me suis pas posé la question du "bon moment" parce que je ne pense pas qu'il y en a, parce que c'est une zone instable comme le sont d'autres, parce que c'est un conflit latent et qu'on sait vraiment jamais, mais aussi que c'est une zone où malheureusement je ne sais pas si un jour, il y aura un bon moment au sens où tu l'entends. Je me rappelle d'une discussion avec un jordanien qui se désolait du peu de touristes dans son pays et de la perte économique qui en découlait à cause de cette image véhiculée du Moyen Orient alors qu'en Jordanie il ne passe absolument rien, ils sont juste au mauvais endroit, leur problème ce sont finalement leurs frontières. L'Iran est entrain de se démocratiser au niveau touristique aussi, comme l'est le Liban alors que c'est l'un des premiers pays à recevoir les réfugiés syriens, l'Egypte essaye de nouveau d'attirer des touristes, tout comme la Turquie (et si je me rappelle bien tu as été en Turquie alors que si on se fit à l'actualité, ce n'est pas non plus vraiment le "bon moment"). Comme je le disais sur le blog de Fanny lorsqu'elle nous parlait de son voyage en Jordanie : "Je suis fatiguée de tous les amalgames, tous les raccourcis et pseudo analyses géopolitiques que font de potentiels touristes. Oui le Moyen Orient est une zone instable politiquement, elle l’a toujours été notamment à cause du conflit israëlo-palestinien mais non, tu ne vas pas mourir des que tu y mets les pieds, il faut juste un peu de bon sens, de clairvoyance et de réflexion. (et puis à ce que je sache, l’Afrique de l’Ouest est considérée comme stable et pourtant il y a des coups d’état, on ne sait jamais)". Belle soirée !

Le blog de Noush a dit…

Le Mexique j'en rêve ! Tes photos et ton récit me donne encore plus envie de monter tout de suite dans un avion ! La météo actuelle bien pourrie n'arrange en rien cette grosse envie !

Les bijoux de Lu a dit…

Le dream catcher est magnifique ! Et toutes les photos de ton voyage! Toujours agréable de ramener des souvenirs de voyages: déco, bijoux.. Tout est toujours tellement inspirant: les couleurs, les dessins... Mais c'est le bleu de la mer qui fait le plus rêver ;)

 
Marion Rocks